Une soif de voyages et de liberté

À 28 ans, Emmanuelle Choux de Oliveira quittait son Brésil natal pour partir au bout du monde. Elle a finalement posé ses valises à Treillières, où elle entretient avec fierté ses deux cultures.


Texte et photo : Tiphaine Devaux


Au premier regard, la maison qu’elle partage avec son mari et ses deux enfants, située dans une rue passante du bourg de Treillières sur la communauté de communes d’Erdre et Gesvres, n’a rien de particulier. Mais dès que l’on s’attarde chez Emmanuelle Choux de Oliveira, on remarque rapidement qu’ici, la France et le Brésil se côtoient au quotidien. Sa cuisine colorée et remplie d’un bric à brac de vaisselles et d’ustensiles hétéroclites reflète bien sa double culture. Elle s’adapte à la cuisine française mais au moins une fois par semaine, elle remplace ses plats mijotés par des notes un peu plus épicées. « Aujourd’hui, c’est feijoa, glisse Emma, un plat traditionnel du Brésil avec des haricots rouges, de la viande de porc, du riz et du manioc. »

De Belem à Treillières

Sa vie là-bas, Emma, aujourd’hui âgé de 38 ans, s’en souvient bien. Benjamine d’une famille de trois enfants, née à Belem, au nord du Brésil, elle a vécu une enfance tranquille paisible, entourée par ses parents et ses deux frères. Elle suit des études de commerce international et intègre à 20 ans une entreprise suédoise. C’est là qu’elle fait ses premiers pas à l’étranger avec un stage de six mois aux États-Unis. Là-bas, elle perfectionne son anglais et prend goût aux rencontres et aux dépaysements. À peine rentrée, elle sait qu’elle va repartir. C’est ainsi qu’elle se retrouve à faire un remplacement de congé maternité de quatre mois à Bouguenais, dans la banlieue nantaise. À l’autre bout de son monde. Et quelques mois plus tard, c’est le grand saut, elle part suivre des cours à l’université de Nantes pour compléter ses études en communication internationale et améliorer son français. La vie s’en mêle alors. Elle rencontre son futur mari et choisit de rester en France et d’y fonder une famille.

L’esprit des fêtes brésiliennes

Désormais, Emma est parfaitement bilingue, ses enfants aussi. Chez elle, c’est simple : les enfants parlent brésilien à leur mère, français à leur père et à l’école. Pas question que ses enfants ne puissent pas parler à leur grand-mère maternelle ou qu’ils ne connaissent pas le pays d’où elle vient. Ses deux cultures forment des racines bien solides. Avec des amies, elle a cofondé l’association Les Enfants du Brésil. Une fois par mois, elle se retrouve avec d’autres parents et leurs enfants pour parler la langue et pour que les plus jeunes se rencontrent. Ensemble, ces femmes perpétuent l’esprit des fêtes brésiliennes comme celle de la Saint-Jean qu’elles organisent au mois de juin : danse et musique y tiennent une grande part.

Le goût de l’échange

L’intégration n’est pas vraiment un souci pour Emma. Bien sûr, elle sent le regard que certains posent sur elle. Sa couleur de peau, son accent la différencient indéniablement mais elle n’en souffre pas au quotidien. Elle a de très bonnes relations avec ses voisins, garde cet élan d’aller vers les autres et est toujours à l’affût d’approfondir sa connaissance de la culture française. En 2011, elle devient bénévole de la bibliothèque municipale où, quelques années plus tard, elle fait partie d’un groupe de lectrices bénévoles qui animent des soirées de lecture pour adultes. Et ne vous y trompez pas, si elle prend des leçons chez une orthophoniste, ce n’est pas pour masquer son accent ou ses origines mais « parce que c’est important de se faire comprendre, d’échanger avec les autres », explique-t-elle. Non sans malice …


Making of : Ce portrait a été réalisé lors d’ateliers d’écriture à la bibliothèque de Treillières. Le thème : « vis ma vie ». Chacun des participants –une petite dizaine de tous âges– était invité à rencontrer une personne de son choix, plus ou moins éloignée de son quotidien, pour en faire un portrait journalistique.  

 

4 réflexions au sujet de « Une soif de voyages et de liberté »

  1. Maravilha e uma linda mulher. ..uma exelente mãe. .. e fiel esposa e das melhores das melhores filha …. Bravo amiga você merece toda a homenagem do mundo …

    1. Malheureusement personne dans l’équipe de Médias en Erdre & Gesvres ne maitrise le portugais. Votre commentaire semble malgré tout élogieux, alors merci à vous comme à Marivane !

Répondre à Padrinho Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *